AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Décarpiller

(Hayard, 1907) : Partager.

Écharpiller

(Delvau, 1867) : v. a. Briser une chose en mille morceaux. Se faire écharpiller. Se faire accabler de coups.

Estampiller

(Delvau, 1867) : v. a. Marquer du fer rouge, — dans l’argot des prisons.

(Rigaud, 1881) : Souffleter avec force, laisser la marque du soufflet sur la figure. Souffleter avec les poings. Autrefois on estampillait les criminels en les marquant d’un fer rouge à l’épaule. L’estampille y c’était la marque.

(La Rue, 1894) : Souffleter avec force ou avec le poing. Marquer du fer rouge.

Gaspiller

(d’Hautel, 1808) : Bouleverser, gâter ; faire des dépenses inutiles.

Grapiller

(d’Hautel, 1808) : Faire des petits larcins, amasser en dérobant quelque petite chose.

Houspiller

(d’Hautel, 1808) : Rudoyer, sabouler, battre, rosser.

(Delvau, 1867) : v. a. Maltraiter quelqu’un par paroles ou par action.

Piller

(d’Hautel, 1808) : Se piller. Se prendre de paroles ; se dire réciproquement des injures.
Pille-moi ça. Se dit pour agacer un chien.

(Boutmy, 1883) : v. intr. Prendre des sortes dans la casse de ses compagnons. C’est voler.

Pillerot

(Fustier, 1889) : Voleur.

Rappiller (se)

(La Rue, 1894) : Se sauver.

Roupiller

(d’Hautel, 1808) : Se laisser surprendre par le sommeil, dormir.

(Halbert, 1849) : Dormir.

(Larchey, 1865) : Dormir. — V. Paumer, Pieu, Rifle.

Il est bien temps de roupiller.

1750, Monbron, Henriade travestie.

(Delvau, 1867) : v. n. Dormir, — dans l’argot des faubouriens, qui emploient ce verbe depuis plus d’un siècle. Signifie aussi Avoir continuellement une roupi au nez.

(Rigaud, 1881) : Dormir.

Il roupille comme ça toute la journée : le v’là parti.

(H. Monnier, Scènes populaires.)

(La Rue, 1894) : Dormir.

(Virmaître, 1894) : Dormir. Quand on ne dort que quelques instants, on fait un petit roupillon.
— Il est tellement gouapeur qu’il roupille sur son ouvrage (Argot du peuple).

(Rossignol, 1901) : Dormir.

(Hayard, 1907) : Dormir.

Roupiller dans le grand

(Rigaud, 1881) : Être mort.

Serpillère

(Virmaître, 1894) : Soutane du curé (Argot des voleurs).

(Virmaître, 1894) : Tablier des carabins. (Argot des voleurs).

Toupiller

(Delvau, 1867) : v. n. Aller et venir, tourner comme une toupie. Beaumarchais l’a employé dans le Barbier de Séville. On dit aussi Toupier.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique