AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Arsoner un pantre

(M.D., 1844) : S’assurer si un homme est porteur de choses qui vaillent la peine, et qui soient susceptibles d’être volées.

Pante, Pantre

(Rigaud, 1881) : Particulier à l’air bête. — Tout individu dont la figure, les manières ou les procédés déplaisent, est un pante pour le peuple. — Dans le jargon des cochers, un pante est un voyageur qui a donné un bon pourboire ; c’est celui qu’ils appellent tout haut « patron ou bourgeois ». — Autrefois « pante, pantre » — dans l’argot des voleurs et des camelots, signifiait dupe. Le pantre arnau, était un imbécile qui jetait les hauts cris dès qu’il s’apercevait qu’il était grugé ; le pantre argoté, une dupe de bonne composition et le pantre désargoté, un particulier difficile à duper. Aujourd’hui les voleurs et les camelots emploient très peu le mot « pante » qu’ils ont remplacé, les premiers, par client, les seconds, par girondin.

Pante, pantre

(La Rue, 1894) : Homme, dupe. Pante argoté, niais. Pante désargoté, homme malin.

(Hayard, 1907) : Victime, individu.

(Hayard, 1907) : Bourgeois qui se laisse duper.

Pante, pantre, pantinois

(Larchey, 1865) : Bourgeois bon à exploiter ou à voler. — Pante et Pantre sont des formes abrégées de Pantinois et Pantruchois, c’est-à-dire : bourgeois de Pantin ou Pantruche (Paris). On sait que la grande ville est pour les voleurs un séjour de prédilection. — V. Lever.

J’ai reniflé des pantes rupins.

Paillet.

Pantre

(M.D., 1844) : Paysan.

(un détenu, 1846) : Un bourgeois, un individu qui se laisse duper.

(Halbert, 1849) : Bête, simple.

(Rossignol, 1901) : Innocent, bête, honnête homme.

Pantre argoté

(Halbert, 1849) : Type de la stupidité.

(Virmaître, 1894) : Imbécile de la pire espèce, plus bête que ses pieds ; être facile à tromper (Argot des voleurs).

Pantre arnau

(Halbert, 1849) : Qui s’aperçoit qu’il est volé.

(Virmaître, 1894) : Mot à mot : individu qui renaude, qui marronne en s’apercevant qu’il vient d’être victime d’un vol (Argot des voleurs).

Pantre désargoté

(Halbert, 1849) : Homme malin.

Pantresse

(M.D., 1844) : Paysanne.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique