AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Défrimousser

Dévisager. V. Frime.

Défrimousser

v. a. Défigurer quelqu’un, — dans le même argot [des voyous].

Du vent ! De la mousse !

Rien pour toi ! — Vent signifie ici vesse. — V. Mousse.

Du vent ! de la mousse !

Phrase de l’argot des faubouriens, qui l’emploient fréquemment en réponse à quelque chose qui leur déplaît ou ne leur va pas. Ils disent aussi, soit : De l’anis ! soit : Des navets ! soit : Des nèfles ! soit : Du flan !
Qu’on ne croie pas l’expression moderne, car elle a des chevrons : « Si on la loue en toutes sortes de langues, elle n’aura que du vent en diverses façons, » dit La Serre, historiographe de France, dans un livre adressé à mademoiselle d’Arsy, fille d’honneur de la reine (1638).

Émoussé

Encore un des nombreux surnoms qui ont été donnés à la fleur de nos jeunes élégants.

Quant aux jeunes étriqués, efféminés, rachitiques dérivés des grelotteux, crevés, rez-de-chaussée, ils s’appelleront désormais des émoussés.

(Voltaire, mars 1887.)

Enfrimer ou enfrimousser

Dévisager quelqu’un. Les agents de la Sûreté enfriment les voleurs pour reconnaître les récidivistes (Argot des voleurs).

Faire mousser

Louer immodérément.

Celui-ci commande de longs articles dans lesquels il faut faire mousser les modistes en dix lignes.

Roqueplan.

Mousser : Écumer de rage.

Ne moussez donc pas comme ça.

Labiche.

Mousseux : Faisant de l’effet redondant.

J’estime et j’honore celui qui est un peu mousseux dans sa façon de parler.

La Bédollière.

Frime, Frimousse

Figure, physionomie. — Frime à la manque, borgne, défiguré.

Frimousse

Visage.

Frimousse

Visage. — Diminutif de Frime.

C’est bien là le son du grelot, si ce n’est pas la frimousse.

Balzac.

On a dit aussi firlimousse :

Je voy bien à leur physionomie ou firlimousse, mine et trogne, que l’une est subjecte au vin.

Parlement nouveau, par D. Martin, Strasbourg, 1660.

Frimousse

s. f. Visage, — dans l’argot des faubouriens. C’est pour ma frimousse. C’est pour moi. L’expression a des cheveux blancs :

«… De tartes et de talmouses,
On se barbouille les frimouses. »

a écrit l’auteur de la Henriade travestie.

Frimousse

Visage (de jeune femme, d’enfant).

Frimousse

Vieille expression qui veut dire visage. On la trouve dans la Henriade travestie (Argot du peuple).

Frimousse

Visage.

Frimousser

Tricher (Vidocq). — Mot à mot : faire des signes de tête révélateurs. — Frimousseur : Tricheur.

Frimousser

v. n. Tricher au jeu en se donnant les figures à chaque coup, — dans l’argot des voleurs.

Frimousseur

s. m. Tricheur.

Frimousseur

Tricheur. — Frimousser, tricher. C’est mot à mot : se donner les figures, « frimousses, » du jeu.

Mouscaille, Mousse

Matière fécale.

Mousse

M.

Mousse

M…

Mousse

Excrément.

Mousse

Excrément. — On s’injurie fréquemment dans le peuple par ces mots : Vent et mousse pour toi !

Mousse

s. m. Apprenti commis, — dans l’argot des calicots.

Mousse

s. f. Le résultat de la fonction du plexus mésentérique, — dans l’argot des marbriers de cimetière.

Mousse

Vieux mot injurieux, très en vogue aux XVe et XVIe siècles, synonyme de bran et auquel à succédé le fameux « merde » de nos jours, qui semble répondre à toutes les situations tendues.

Mousse pour le guet ; bran pour les sergents.

(Adages français.)

Mousse

Excrément. Mousser, aller à la selle. De la mousse ! Non ! Rien ! Mousserie, latrines.

Mousse

Couteau.

Mousse (faire de la)

Faire des embarras, chercher à briller, faire grand étalage de toilette.

La dite belle se promenait devant ces agents, faisant le plus de mousse possible aux yeux des nobles étrangers.

(Figaro du 28 oct. 1878.)

Mousse (faire de la)

Faire des épates ou des manières, c’est faire de la mousse.

Mousseline

Pain blanc.

Mousseline

s. f. Fers dont on charge un prisonnier, — dans l’argot des marbriers de cimetière.

Mousseline

s. f. Pain blanc, léger, agréable au toucher comme au goût, — dans l’argot des faubouriens.

Mousseline

Fers de prisonniers. (Larchey.)

Mousseline

Pièce d’argent. — Pain blanc. — Sorte de gâteau de Savoie.

Mousseline

Fers de prisonniers. Pain blanc. Pièce d’argent.

Mousser

Satisfaire ses besoins.

Mousser

v. n. Alvum deponere.

Mousser

v. n. S’emporter, être en rage, de dépit ou de colère, — dans l’argot des faubouriens.

Mousser

v. n. Avoir du succès, — dans l’argot des gens de lettres et des comédiens. Faire mousser. Préparer le succès d’un auteur ou d’une pièce par des éloges exagérés et souvent répétés.

Mousser

Être en colère. — Exagérer. — Faire mousser, exagérer les dualités d’une personne, la valeur d’une chose.

Mousser (se faire)

Se vanter, parler sans cesse de ses talents ou de ses qualités. Argot du peuple.

Mousserie

Latrine.

Mousserie

s. f. Water-closets, — dans l’argot des voyous.

Mousserie

Fosse d’aisance des prisons (Argot des voleurs).

Mousseuse

Femme galante, à la mode.

Mousseuse est pimpant, léger, provocant, vaporeux ; mousseuse donne bien l’idée du bruissement de la soie, du froufrou du satin, de la joyeuse envolée des jupes de batiste et de dentelles. La mousse est ce qui brille, scintille, pétille, émoustille. Voilà pourquoi mousseuse, un mot significatif et complet, mérite droit de cité ; voilà pourquoi mousseuse court grand’chance d’être adopté par la gent boulevardière… Les débutantes ès-galanterie deviendront des moussettes.

(Voltaire, 9 mars 1887.)

Mousseux

adj. Redondant, hyperbolique, — dans l’argot des gens de lettres et des comédiens.

Plamousse

s. f. Soufflet, dans l’argot du peuple, qui a dit jadis Mouse pour Visage.

Sainte Mousseline

s. f. Une sainte de la création de Victorien Sardou (La Famille Benoiton), et qu’invoquent aujourd’hui, par genre, les mères de famille qui suivent les modes de la morale comme elles suivent les modes… de la Mode. Voici donc l’oraison que murmurent à cette heure de jolies lèvres parisiennes : « Ah ! Mousseline, blanche Mousseline, des mères ingrates qui te devaient leurs maris t’ont reniée pour leurs enfants ! Sainte Mousseline, vierge de la toilette, sauve nos filles qui se noient dans des flots de dentelles ! » Amen !

Trémousser (se)

Jouer des fesses et des reins. S’agiter sous l’homme, — ou sur la femme, selon le plaisir que l’on ressent et que l’on veut faire partager ; afin d’arriver a la jouissance mutuelle.

Amusez-vous, trémoussez-vous
Amusez-vous, belles ;
Amusez-vous, ne craignez rien,
Trémoussez-vous bien

Désaugiers.

Quoique usé, le vieux Mondor
Pour Lisette soupire
L’âge a rouillé son ressort
Mais il se trémousse encor
Pour rire.

Piton.


Argot classique, le livreFacebook