AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Lingre

(Raban et Saint-Hilaire, 1829) : Couteau. Refroidir avec le lingre, tuer à coups de couteau.

(Bras-de-Fer, 1829) : Couteau.

(Halbert, 1849) : Couteau.

(Larchey, 1865) : Couteau (Vidocq).Lingrer : Frapper à coups de couteau. — Lingrerie : coutellerie. — Lingriot : Canif. — Quadruple allusion à Langres, ancienne capitale de la coutellerie.

(Delvau, 1867) : s. m. Couteau, — dans l’argot des voleurs, qui savent que Langres est la patrie de la coutellerie. Lingriot. Petit couteau ; canif ; bistouri.

(Rigaud, 1881) : Couteau. Mot à mot : couteau de Lingres, pour Langres, patrie de la coutellerie française. — Lingrerie, coutellerie. — Lingriot, petit couteau, canif.

(Virmaître, 1894) : Couteau. Quelques auteurs disent lingue, c’est une erreur, lingre est une corruption de Langres, ville renommée pour la fabrication de ses couteaux (Argot des voleurs).

(Hayard, 1907) : Couteau.

Lingre, lingue

(La Rue, 1894) : Couteau.

Lingre, surin, vingt deux

(Clémens, 1840) : Couteau.

Lingrer

(Delvau, 1867) : v. a. Frapper à coups de couteau.

(Rigaud, 1881) : Donner des coups de couteau.

Lingrerie

(Delvau, 1867) : s. f. Coutellerie.

Lingres

(anon., 1827) : Couteaux.

Lingreur

(Virmaître, 1894) : Assassin qui tue à l’aide d’un couteau (Argot des voleurs).

Malingre

(d’Hautel, 1808) : Valétudinaire, cacochyme ; homme d’une santé foible et chancelante.

Malingrer

(Larchey, 1865) : Souffrir (Vidocq). — Malingre se dit encore pour souffreteux.

(Delvau, 1867) : v. n. Souffrir, — dans l’argot des voleurs.

(Rigaud, 1881) : Souffrir.

Malingreux

(anon., 1827) : Ceux qui ont de fausses plaies.

(Raban et Saint-Hilaire, 1829) : Malade.

(Bras-de-Fer, 1829) : Qui a de fausses plaies.

(Halbert, 1849) : Ceux qui ont de fausses plaies.

(Delvau, 1867) : s. et adj. Souffreteux, — dans l’argot du peuple.

(Rigaud, 1881) : Anciens sujets de la Cour des Miracles, chargés d’exhiber de fausses plaies.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique